L’énergie utilisée par Twitter et Amazon ne respecte pas l’environnement

Tahia 12 avril 2014 Commentaires fermés

Dans son rapport publié  au début du mois d’avril, Greenpeace a classé les géants du web les plus polluants et encourage en même temps les moins respectueux de l’environnement à  choisir l’énergie propre,  en suivant l’exemple d’Apple.

amazon-twitter

Les résultats des études faites par Greenpeace.

L’Organisation non gouvernementale Greenpeace, après avoir étudié les sources d’énergie utilisées par les géants de l’internet,  accuse Twitter, Amazon, Dropbox, Vimeo  d’être les plus polluants. Tweeter comme mettre à jour un statut Facebook est nocif pour notre environnement.

Bien sûr, Facebook, Twitter, Apple, Amazon,  Viméo, Dropbox et tant d’autres, utilisent d’immenses centres de stockages pour des quantités innombrables de données (photos, vidéos, commentaires, statuts, etc.), et ces centres sont alimentés en électricité. La différence est constituée par le type d’énergies que chacun utilise.

Selon Greenpeace, Amazon n’emploie que 15% d’énergie propre, et au passage, l’ONG ne mâche pas ses mots devant le manque de transparence énergétique de ce géant du commerce électronique américain. Twitter est le suivant, ce site de microblogging « se place en bas de l’échelle de la transparence énergétique. Le site ne divulgue aucune information concernant son empreinte énergétique. »

Les types d’énergies.

En principe, les sites Internet doivent s’alimenter en électricité pour fonctionner. Il existe pourtant deux types d’énergies : l’énergie propre et celle non propre.  L’énergie propre est beaucoup plus chère, mais est bénéfique pour l’environnement, tandis que l’autre est moins chère, mais est nuisant pour l’environnement. Ce n’est point surprenant que la plupart a opté pour la solution à moindre dépense. « Malgré l’innovation dont les pionniers verts de l’Internet ont fait preuve, certaines entreprises sont à la traîne » a fait remarquer Greenpeace dans son rapport. « Ces groupes, dont le plus notable est Amazon, choisissent d’alimenter leurs infrastructures uniquement avec de l’électricité bon marché, sans considération pour l’impact que leur empreinte électrique croissante a sur la santé et sur l’environnement. »

Parmi eux, Google, Facebook et Apple sont classés être les meilleurs. Le premier utilise 48 % d’énergie propre, le second 49 % enfin la firme à la pomme 100 %. Comment Apple arrive-t-il à un tel résultat ? La seule raison à ce joli score, c’est l’existence de ses grands centres alimentés par l’énergie solaire en Caroline du Nord et par l’énergie éolienne dans l’Oregon et en Californie.

Les trois groupes américains se démarquent des autres par leur transparence en ce qui concernent les sources d’énergie qu’ils utilisent pour faire fonctionner leurs différents services.

 Comment Greenpeace envisage le futur ?

Aujourd’hui, le nombre de personnes connectées à Internet dans le monde  est de 2.5 milliards. Dans 3 ans, ce chiffre pourrait monter jusqu’à 3.7 milliards. Imaginez la pollution que cela engendrerait, Greenpeace explique  « De la musique aux vidéos, en passant par les outils de communication et les mails, le monde « hors ligne » se transforme de plus en plus rapidement et devient un monde « en ligne »»« Cela risque d’augmenter la demande pour au moins un produit hors ligne : l’électricité ». Le même rapport stipule qu’en 2020, la demande en électricité pourrait monter de 60 %. Une campagne en ligne intitulée « Dirty clicking » vient d’être lancée par Greenpeace.  Grâce à cette campagne, les internautes peuvent envoyer automatiquement des tweets à Pinterest, Twitter et Tumblr pour leur demander d’utiliser à 100 % l’énergie renouvelable pour un Internet vert.

Il n'est plus possible de faire de commentaire.

r57 shell r57 r57.txt r57 shell c99 c99.txt r57 shell