Google et ses employés contre l’interdiction d’immigration de Trump

Henri le 01.02.2017 à 12:01 Commentaires fermés sur Google et ses employés contre l’interdiction d’immigration de Trump

Google prend une position dure contre l’interdiction d’immigration du président Trump, avec des milliers d’employés décidant de marcher en signe de protestation, aux côtés du PDG Sundar Pichai et du cofondateur Sergey Brin, tous deux immigrants.

Google a été touché par l’immigration de Trump abn

Environ 2 000 employés du monde entier ont protesté contre l’interdiction,

Google et ses employés contre l'interdiction d'immigration de Trump

Google et ses employés contre l’interdiction d’immigration de Trump

ce qui n’est pas surprenant puisque près de 200 Googlers ont été touchés par l’interdiction, poussant Pichai à les rappeler à Mountain View. Il n’est pas clair combien d’entre eux ont réussi à le faire revenir. Sundar Pichai et Sergey Brin se sont adressés à la foule des employés qui se sont réunis lundi en dehors des bureaux de San Francisco. Pichai a déclaré aux employés que la lutte continuera, indiquant que Google continuera à faire tout son possible pour lutter contre l’interdiction d’immigration et tout ce qui pourrait contrevenir aux objectifs de l’entreprise à partir des plans de Trump.

Google a mis en place un fonds de crise de 4 millions de dollars

Les employés de Google ont partagé des photos du rallye en utilisant le hashtag #GooglersUnite. Il est assez clair que le rallye a été soutenu par l’entreprise, surtout compte tenu de la présence du PDG, cofondateur et de nombreux autres leaders dans Google. Bien sûr, cela ne devrait pas surprendre. Sundar Pichai est né et a grandi en Inde avant de devenir l’un des hommes les plus puissants de Google. Brin, ainsi, est venu aux États-Unis à la fin des années 70. « C’est un débat sur les valeurs fondamentales », Sergey Brin a dit à la foule, selon un employé qui z tweeté sur le discours. Google a mis en place un fonds de crise de 4 millions de dollars pour lutter contre l’interdiction d’immigration. 2 millions de dollars proviendront de l’entreprise et 2 millions de dollars de dons de l’employé, plus tout ce que les dirigeants de l’entreprise feront. L’argent sera versé à quatre organisations – l’Union américaine des libertés civiles (ACLU), le Centre de ressources juridiques pour les immigrants, le Comité international de secours et le HCR. Ils ont tous promis d’aider les immigrants et de prendre la lutte contre l’ordonnance de Trump aux tribunaux. Google avait été l’espoir que, une fois Trump a été nommé président, qu’ils pourraient avoir une conversation sur la détente des lois d’immigration. En particulier, ils étaient intéressés par le visa H-1B «non-immigrant» qui les aiderait, et d’autres entreprises américaines, à embaucher temporairement des travailleurs étrangers plus facilement. Vu la position générale de Trump sur l’immigration.

Il n'est plus possible de faire de commentaire.