Les forfaits « sans engagement » intéressent plus le marché

Castella 8 février 2015 Commentaires fermés sur Les forfaits « sans engagement » intéressent plus le marché

Free était le premier à lancer les forfaits à bas prix et sans aucune durée de souscription. Le marché semble par ailleurs être à la demande de ce genre de forfait, il est même arrivé à trouver sa place auprès avec la moitié du marché de la téléphonie mobile derrière lui.

Les forfaits « sans engagement » intéressent plus le marché

Les forfaits « sans engagement » intéressent plus le marché

Free semble avoir installé cette tendance

Selon les données dévoilées par l’Arcep il y a trois années de cela, l’arrivée de Free aurait en effet bouleversé le marché de la téléphonie mobile. De nombreux opérateurs ont d’ailleurs eu du mal à faire face aux changements de la situation mais avec les efforts qu’ils ont faits, ils ont pu reprendre leurs vies en main en essayant de suivre le rythme et en s’adaptant à toutes les circonstances. Le « sans engagement » était devenu une tendance chez presque tous les opérateurs. Bouygues Telecom est par exemple était obligé de proposer un forfait libre dont B & You, Orange de son côté débarque également avec Sosh et ils ne sont pas étaient les seuls car SFR rentrait aussi dans la concurrence avec son offre Red. Ce combat et bien loin de se terminer si l’on en croit l’évolution de la situation car on apprend dernièrement que l’an dernier, 51% des abonnements sur le secteur de la téléphonie mobile étaient dédiés aux forfaits « sans engagement » atteignant ainsi les 32, 7 millions et affichant une hausse de 7 points sur un an. Au niveau des cartes SIM, les données indiquent également une augmentation de 4,1% ce qui laisse atteindre les 79,9 millions, presque 80 millions.

Les MVNO ont connu une baisse

Selon toujours les informations rapportées par l’Arcep, les MVNO des opérateurs mobiles virtuels sont loin de présenter de bon résultat. Effectivement, le part de marché des opérateurs comme Virgin Mobil ou NRJ a régressé de 2,1 points et en décembre dernier, le pourcentage passe à 9,6%. Face à ce genre de situation, les MVNO sont loin de pouvoir vivre d’autant plus que la concurrence commence à être de plus en plus difficile pour eux. La seule solution possible pour eux serait de vendre leurs parts selon les ambitions de quelques-uns d’entre eux.

Il n'est plus possible de faire de commentaire.